Élections de l'ACÉA 2019 : Biographies des personnes nominées

Published on: 3 May 2019

Nominations pour le poste de vice-président.e

1) Dr Temitope Oriola

Biographie

Le Dr. Temitope Oriola est co-rédacteur en chef de la revue African Security et professeur agrégé à l’University of Alberta. Récipiendaire de la Médaille d’or académique du Gouverneur général du Canada, le livre d’Oriola Criminal Resistance? The Politics of Kidnapping Oil Workers (Routledge 2016 [orig. 2013]) est l’une des rares enquêtes sociologiques en anglais, de la longueur d’un livre, portant sur l’enlèvement politique.

Les recherches en cours du Dr. Oriola portent sur la montée d’acteurs non-étatiques transnationaux extrémistes, particulièrement dans le bassin du Lac Tchad. Cette recherche enquête sur les subtilités de la montée de Boko Haram, les tendances et courants des opérations de Boko Haram, les dimensions liées au genre (en particulier les violences sexuelles et basées sur le genre) ainsi que l’environnement des trajectoires terroristes djihadistes mondiaux.

Le Dr. Oriola a publié dans des revues scientifiques renommées telles que the British Journal of Criminology, Studies in Conflict and Terrorism, Third World Quarterly, Sociology, Canadian Journal of Criminology & Criminal Justice, Criminal Justice Ethics and Critical Studies on Terrorism, entres autres. Ses recherches ont été finances par des organisations telles que le Conseil des Recherches en Sciences Humaines (CRSH), le Centre for International Governance Innovation (CIGI), le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et les Killam Trusts. Oriola a été deux fois récipiendaire de la prestigieuse bourse Carnegie African Diaspora Fellowship (2015 et 2017).

Contributions proposées à l’ACÉA

Je souhaite contribuer à améliorer la visibilité de l’ACÉA dans l’Ouest canadien et au-delà. Je crois fermement qu'il existe des réseaux de chercheurs sur lesquels l’ACÉA peut et devrait s'appuyer pour renforcer son profil déjà bien établi en tant que centre d'échange d'informations sur les études africaines au Canada. Je ferai des contributions consciencieuses aux réunions du conseil exécutif, aiderai à organiser la conférence annuelle et utiliserai mes comptes sur les réseaux sociaux pour faire connaître les activités de l’ACÉA.

Nominations pour le poste de conseillèr.e (général)

1) Dr. Bonny Ibhawoh 

Biographie

Dr. Bonny Ibhawoh est Professeur Messecar en Histoire et Droits de la Personne Mondiaux à l'Université McMaster. Il a enseigné dans des universités d'Afrique, d'Europe et d'Amérique du Nord. Auparavant, il a été Chercheur en Droit de la Personne au Carnegie Council for Ethics and International Affairs à New York et Chercheur à l'Institut Danois des Droits de la Personne à Copenhague. Dr. Ibhawoh est membre du College of New Scholars de la Société Royale du Canada et récipiendaire du prix Nelson Mandela Distinguished Africanist Award pour sa « contribution remarquable à la recherche et à la promotion des affaires africaines ». M. Ibhawoh a occupé plusieurs postes administratifs universitaires notamment ceux de Directeur du Centre d’Etudes sur la Paix, Vice-Doyen de la Faculté des Sciences Humaines et Vice-Président Associé par intérim (Recherche) de l’Université McMaster. Les publications du Dr Ibhawoh comprennent Justice Impériale, Impérialisme et Droits de l'Homme et Droits de l'Homme en Afrique.

Contributions proposées à l’ACÉA

En tant que chercheur avec une grande expérience administrative en milieu universitaire, j'espère apporter mes compétences en tant que gestionnaire des ressources humaines et financières à l’ACÉA. Je peux contribuer à donner des conseils sur la budgétisation et l'exécution budgétaire. Je peux également travailler avec l’exécutif pour trouver des moyens novateurs et durables de collecter des fonds et d’utiliser efficacement les ressources de l’association pour servir ses membres. Grâce à une meilleure gestion et supervision financières, l’ACÉA peut élargir sa base de membres et mieux répondre aux besoins et aux aspirations de la communauté africaniste au Canada.

2) Dr. Nadège Compaore

Biographie

Dr. W. R. Nadège Compaoré est boursière postdoctorale de la Balsillie School of International Affairs (BSIA). Avant de rejoindre BSIA, Dr. Compaoré était respectivement Analyste de Recherche à Canadian Institute for Advanced Research et Boursier Postdoctoral du CRSH au Département des Sciences Sociales de l'Université York. Ses recherches se situent à l'intersection des recherches en Relations Internationales et en Économie Politique Mondiale, qui orientent son analyse de la gouvernance des ressources naturelles en Afrique. Les recherches de Dr. Compaoré ont été financées par le CRSH, le Centre for International Governance Innovation et l’Agence Canadienne de Développement International. Elle est coéditrice de New Approaches to the Governance of Natural Resources: Insights from Africa (Palgrave, 2015). Ses travaux ont également été publiés dans des revues telles que International Studies Review, Etudes Internationales, Millennium: Journal of International Studies et Contemporary Politics. Dr. Compaoré est titulaire d’un doctorat en études politiques de Queen’s University.

Contributions proposées à l’ACÉA

En tant que conseillère, je collaborerai avec tous les comités et personnes concernés pour soutenir la croissance du ACÉA dans toutes les disciplines et de manière durable. Je suis particulièrement intéressée à contribuer dans le développement des membres plus actif parmi les chercheurs en début de carrière, en particulier les étudiants de cycle supérieur et les chercheurs postdoctoraux. En tant que chercheur en début de carrière, je me suis engagé à résoudre les problèmes qui animent les jeunes chercheurs travaillant sur des questions relatives à l’Afrique au Canada et à l’étranger, et je connais des opportunités qui peuvent servir à mobiliser la participation des chercheurs en début de carrière dans l’Association. Je crois que la nouvelle génération des chercheurs africanistes représente une source inexploitée pouvant contribuer à la construction et au maintien de la vision à long terme de l’ACÉA.

3) Christopher Huggins

Biographie

Chris Huggins est professeur adjoint à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur le développement agricole, les moyens de subsistance en milieu rural et la gestion des ressources naturelles en Afrique subsaharienne, particulièrement en Afrique de l’Est et en Afrique centrale. Il a été consultant auprès de grandes agences des Nations Unies et d’organisations non gouvernementales internationales, a travaillé avec Human Rights Watch et a été pendant plusieurs années chercheur au African Centre for Technology Studies (ACTS), Nairobi. Il est titulaire d’un doctorat en géographie (spécialisation en économie politique) de Carleton University à Ottawa et une maîtrise en études environnementales de Strathclyde University au Royaume-Uni. Il est corédacteur de deux ouvrages à plusieurs volumes, a été rédacteur invité d’un recueil spécial de Third World Thematics (sur l’exploitation minière artisanale en Afrique) et a publié plusieurs articles dans des revues à fort impact. Sa monographie, Agricultural Reform in Rwanda: Authoritarianism, Markets and Zones of Governance, a été publiée par Zed Books en 2017. 

Contributions proposées à l’ACÉA

Fonctionnellement bilingue (français/anglais), je collabore régulièrement avec des collègues francophones, en particulier en République démocratique du Congo, ainsi qu’avec des étudiant.e.s francophones. Je travaillerais donc pour que le mandat de bilinguisme de l’ACÉA soit respecté, grâce au réseautage avec des étudiant.e.s et chercheur.e.s francophones et, au besoin, en communiquant en français au sujet de l’ACÉA. Je me suis engagé à apporter une contribution à la décolonisation des études africaines et je chercherais des façons de renforcer les efforts en cours de l’ACÉA à cet égard. Je soutiens également la « recherche engagée » qui implique des practicien.ne.s, des décideur.e.s et d’autres publics non-universitaires, en particulier par l’organisation d’évènements et de la recherche en collaboration. En tant que conseiller je chercherais des occasions pour accroitre l’influence de l’ACÉA au sein de nos réseaux non-universitaires.

Nominations pour le poste de conseiller.e (représentant.e des étudiant.e.s de deuxième et troisième cycle)

1) Gladys Akua Agyeiwaa Denkyi-Manieson

Biographie

Gladys Akua Agyeiwaa Denkyi - Manieson est membre du corps enseignant de l'Université Centrale d'Accra. Ghana. Elle est également doctorante en deuxième année à l'Université du Ghana. Sa thèse de doctorat porte sur « “Northrop Frye and Ngugi wa Thiong’O: a study in Archetypal Criticism”». Gladys Denkyi - Manieson est l'auteur de plusieurs articles scientifiques. Son domaine d'intérêt est les études littéraires africaines, la critique littéraire et la critique de film.    

Contributions proposées à l’ACÉA

En tant que chercheure en début de carrière basé en Afrique, j'espère utiliser mon poste de conseillère pour mobiliser le soutien et la visibilité des activités de l’ACÉA à travers la sous-région de l'Afrique de l'Ouest.

2) Dianah Byaruhanga Ajuna 

Biographie

Dianah Byaruhanga Ajuna poursuit actuellement un Doctorat en Droit à l'Université d'Ottawa et est Chercheur au sein du réseau Open African Innovation Research (Open AIR). Originaire d'Ouganda, son domaine de recherche doctorale porte sur la Gouvernance de l'Internet et porte en particulier sur les règles juridiques internationales en matière de lutte contre la cybercriminalité. Elle est une Avocate inscrite à la Haute Cour d'Ouganda et a été chargée de cours de droit à l'Université de Nkumba (actuellement en congé d'études) et à l'Université Chrétienne d'Ouganda.

Elle est titulaire d'une Maîtrise en Droit des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) de l'Université d'Oslo, en Norvège; une Maîtrise en Sciences Juridiques en Droit et en Technologies de l'Information de l'Université de Stockholm, en Suède; un diplôme d'études supérieures en pratique juridique du Centre de Développement du Droit, Kampala, Ouganda; et un Baccalauréat en Droit de l'Université Makerere, Kampala, en Ouganda. Avant de poursuivre son doctorat en droit, Byaruhanga a créé un centre de droit des TIC en Ouganda, qui promeut le domaine du droit des TIC. En 2014, elle a également introduit le Droit et la Politique des TIC en tant que cours destiné aux étudiants en quatrième année de droit de l’Uganda Christian University afin de promouvoir le domaine du droit des TIC.

Contributions proposées à l’ACÉA

En tant que conseillère, je compte élargir et promouvoir les objectifs de l'Association Canadienne des Études Africaines. Parmi ces objectifs, il y a celui de faciliter les échanges et les liens entre les universités et les instituts de recherche canadiens et africains. Je pourrai le faire grâce à mes affiliations avec deux universités en Ouganda, un centre de recherche en Ouganda, en tant qu'étudiant de 3eme cycle à l'Université d'Ottawa et en tant que Chercheur du réseau Open Africa Innovation Research (Open AIR). En tant que chercheur en début de carrière et émergent avec Open AIR, je peux accéder pleinement à une équipe de recherche répartie dans plus de 15 pays africains et en pleine expansion. L’ACÉA profitera de tous ces réseaux en élargissant le réseau de l’Association au sein des institutions universitaires et de recherches africaines et en créant des liens supplémentaires avec le continent.

Mes compétences et mon expérience me permettront d’atteindre cet objectif et de me rendre particulièrement qualifié. J'ai près de cinq ans d'expérience dans les domaines de l'enseignement et de la recherche de très haute qualité en Ouganda. J'ai travaillé comme Chargé de Cours à l'Université de Nkumba et à l'Université Chrétienne de l'Ouganda. J'ai également travaillé avec le ICT Law Center Uganda, le Secrétariat de la Communauté de l'Afrique de l'Est. De plus, j'ai travaillé avec une équipe de consultants chez Devinovit Associates dans des projets de recherche qualitative axés sur le droit de l'Internet. Je compte utiliser ces réseaux pour établir des partenariats pour l’ACEA et promouvoir son système de partage des connaissances. Cela se fera en prenant part à des conférences et en organisant des activités de partage des connaissances au sein de l’Association. Construire des partenariats avec un large éventail d'experts.

3) Esther Ekong

Biographie

Esther Ekong est une étudiante de troisième cycle à l’Université d’Ottawa qui poursuit des études de Doctorat en Droit. Sa thèse est intitulée: The role of intellectual property rights as a development tool for women entrepreneurs in developing countries: The case of the cosmetics sector in Nigeria. Elle est titulaire d'un Bachelor of Laws (LLB) de l'Université Ahmadu Bello de Zaria, au Nigeria ; une Maîtrise en droit de l'Université du Bénin, Nigéria; et une Maîtrise en Administration Publique (MPA) de la Delta State University, à Abraka, au Nigéria. Elle est également chercheuse au sein du réseau Open African Innovation Research (Open AIR), accréditée au Nigéria et à Ottawa.

Avant d’étudier au Canada, Ekong a travaillé pendant 7 ans en tant que chercheur à l’Institut Nigérian d’Études Juridiques Avancées (INJEA) à Lagos, le plus important institut de recherche juridique du Nigéria. Elle faisait partie de l'équipe de recherche qui a produit le Restatement of Law Lawary of Nigeria (2013), un texte faisant autorité sur le droit coutumier au Nigéria, qui a été largement accepté par les praticiens du droit dans le pays et auquel il est souvent fait référence dans les procédures judiciaires. Pendant son séjour à l’institut, Ekong a été tuteur assistant pour les cours de droit pénal, d’analyse de l’impact législatif, de droit constitutionnel avancé et d’environnement dans l’école de troisième cycle du l’INJEA. Elle a également été assistante spéciale du directeur des études chez INJEA entre 2016 et 2017.

Esther a publié quatre articles et chapitres de livres dans des publications réputées du INJEA. Passionnée par les droits des femmes et l'autonomisation des femmes, elle a été l'initiatrice de la Chadash Phoenix Woman Foundation, une organisation non gouvernementale (ONG) créée au Nigéria en 2012. Sa mission est d'aider les femmes indigentes à renforcer les capacités pour les petites entreprises et à collecter des fonds pour elles pour démarrer leurs entreprises.

Contributions proposées à l’ACÉA

Je viens avec l'expérience d'avoir suivi des études de premier cycle et de cycle supérieur en Afrique (Nigéria), et donc je comprends les défis d'étudier en Afrique ainsi que le potentiel inexploité des étudiants africains. De plus, ayant travaillé pendant huit ans à l’Institut Nigérian d’Etudes Juridiques Avancées (INJEA), j’ai l’expérience dans la participation à des projets de recherche menés en Afrique. Enfin, j'ai également un réseau de chercheurs africains riche, à la fois par mes expériences sur le continent et en tant que New and Emerging Researcher avec Open AIR.

Je pense que je serai un atout pour l’ACEA car je serai à mesure de contribuer à sensibiliser aux problèmes et aux aspirations des Africains et à faciliter les échanges et les liens entre les universités et les instituts de recherche canadiens et africains.

Comments